iStockPhoto/Guillaume
Informer

Intelligence artificielle au travail, un indispensable

14.12.2023
par Maévane Mas

L’Intelligence Artificielle (IA) fait aujourd’hui partie de notre quotidien. Des agents conversationnels tels que ChatGPT font partie intégrante du paysage professionnel et les entreprises ne peuvent ignorer ces avancées technologiques. Au contraire, elles sont appelées à les intégrer rapidement dans leur stratégie pour rester compétitives.

David Shrier, professeur de pratique en IA et innovation à l’Imperial College de Londres, est également le codirecteur de l’initiative Trusted AI Alliance. Cette initiative vise à construire un avenir meilleur en favorisant une IA responsable et digne de confiance. Dans cette interview, il explore les défis liés à l’IA dans le contexte du marché du travail.

David Shrier,Codirecteur de l’initiative Trusted AI Alliance

David Shrier
Codirecteur de l’initiative Trusted AI Alliance

David Shrier, quel type d’IA les entreprises utilisent-elles généralement et dans quel but ?

La première intégration à grande échelle de l’IA dans le milieu professionnel remonte aux débuts des années 1980 avec le développement du machine learning. À cette époque, l’accent était mis sur la mise en place de systèmes de gestion de données considérables, notamment à travers des analyses de cartes de crédit et de stratégies de marketing direct.

Plus récemment, l’émergence du deep learning a marqué une avancée significative. Cette technologie a permis de surmonter certaines des contraintes liées à la capacité et à la complexité inhérentes au traitement de vastes volumes de données. Les améliorations notables dans les assistants vocaux tels que Siri ou Alexa vers 2015 s’expliquent par exemple par l’adoption du deep learning.

En 2018, l’émergence de la technologie Transformer a également constitué un jalon majeur. Depuis cette avancée, l’intelligence artificielle se déploie enfin à grande échelle dans des applications commerciales, prenant la forme de vastes modèles de langage et de systèmes d’IA générative.

Comment ces technologies changent-elles notre façon de travailler et de collaborer ?

L’IA offre une augmentation certaine de la productivité, que ce soit en lui confiant des tâches spécifiques ou en établissant une collaboration continue. Certains individus, par exemple, délèguent une portion de leurs responsabilités à l’IA, accroissant ainsi leur efficacité. D’autres intègrent l’IA à chaque phase de leur travail. Reste à voir quelle méthode de collaboration est la plus efficace.

Il est impératif d’acquérir rapidement de nouvelles connaissances sur lescapacités et limites de l’IA afin de l’exploiter de manière plus efficace.

L’IA facilite également l’amélioration de la collaboration entre les individus. Des concepts émergents, regroupés sous le terme d’intelligence collective, soulignent que des systèmes humains exploités de manière appropriée surpassent largement la puissance individuelle. En intégrant l’IA à ces systèmes humains, des accomplissements dépassant les capacités tant de l’IA que des individus pris isolément deviennent possibles.

Quels sont les risques associés à ces technologies ?

Le risque que je redoute est principalement lié à la cupidité humaine. Il s’avère que l’innovation, demandant un investissement sur plusieurs années, n’est pas récompensée à court terme, contrairement aux réductions de coûts tels que les licenciements qui fournissent des résultats en un ou deux trimestres seulement. L’IA pourrait certes rapidement réduire les coûts d’une entreprise, mais imaginez les conséquences si un tiers de la population se retrouvait sans emploi du jour au lendemain à cause de l’IA générative. La priorité est maintenant de gérer cette transition vers une ère nouvelle de l’existence humaine et de mettre en place un filet de sécurité sociale pour assurer une transition en douceur.

D’autres risques tels que la distorsion et la propagande se profilent également avec l’utilisation croissante de l’IA. La création et la diffusion de désinformation deviennent considérablement facilitées. Les nouvelles formes d’IA pourraient, par exemple, générer en temps réel une fausse représentation de ma voix, délivrant des informations que je n’ai jamais exprimées. Le potentiel de désinformation est ainsi en plein essor. Des pays tels que la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l’Iran orchestrent des campagnes de désinformation en ligne particulièrement actives, alimentées par l’IA. Ces campagnes risquent de gagner en puissance avec l’évolution de ces nouvelles technologies.

Comment réorienter les équipes et les entreprises autour de la nouvelle façonde travailler à l’ère de l’IA ?

Il est impératif d’acquérir rapidement de nouvelles connaissances sur les capacités et limites de l’IA afin de l’exploiter de manière plus efficace. Les entreprises ont prospéré à une époque où l’établissement de plans quinquennaux, la définition de budgets annuels et l’adoption de stratégies à long terme étaient la norme. Cependant, avec l’émergence de l’IA et d’autres avancées technologiques, comme les réseaux de communication ultra rapides, nous sommes maintenant dans une ère de ce que je qualifie de « croissance éclair ». Les changements se produisent beaucoup plus rapidement que prévu. Internet a mis sept ans pour atteindre 100 millions d’utilisateurs, alors que ChatGPT a réalisé cet exploit en six semaines. Le rythme du changement s’accélérant à ce point, les anciennes méthodes de gestion des entreprises et des gouvernements ne sont plus adaptées. Nous devons adopter de nouvelles approches plus agiles et flexibles pour faire face à cette évolution rapide.

Pour ce faire, il est impératif de mieux appréhender les capacités de ces outils. Le principal champ d’opportunités que les entreprises et les individus devraient exploiter réside dans la création de connaissances et d’une flexibilité cognitive au sein de l’organisation. Il n’est pas nécessaire de maîtriser les aspects mathématiques des IA; l’essentiel est de comprendre comment les utiliser. C’est pourquoi j’ai écrit le livre « Basic AI, a human guide to artificial intelligence » qui offre à chacun la possibilité de saisir à la fois la nature de ces technologies et leurs implications sur le travail. Par ailleurs, j’ai récemment lancé le podcast « Basic Future » disponible sur Spotify et Apple, abordant progressivement ces questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT